Capriccio ou la déconstruction d'une architecture 

Projet réalisé dans le cadre du projet À l'épreuve du centre d'artiste Arprim, juillet 2020

11 x 15 po

Édition de 5 + 1 épreuve d’artiste

Traceur numérique

Crayons de couleur sur papier Rising Stonehenge

Cette édition de cinq dessins intitulée  –  Capriccio ou la déconstruction d’une architecture  –  est inspirée du genre pictural capriccio qui se définit par la représentation d’un paysage inventé et énigmatique combinant ruines et éléments architecturaux. En m’inspirant de références propres à l’art déco, à l’ordre dorique et au Memphis design, j’aborde l’utilisation de ces éléments hétéroclites dans le but de rassembler les époques artistiques au sein d’une même composition. L’amalgame de ces éléments et leur disposition rappelle également un décor scénique où une certaine forme de théâtralité émerge du dessin.

 

Réalisés au traceur numérique, ces dessins sont caractérisés par leur délicatesse et leurs teintes colorées préalablement choisies. Chaque œuvre de l’édition est alors unique, malgré leur caractère reproductible, puisque pour certaines parties les crayons de couleur sont interchangés de façon aléatoire lors du processus de traçage. Cette série est une étude sur l’exploration de ce procédé et malgré un protocole très méthodique certaines irrégularités et imperfections peuvent émaner dû à l’imprécision des crayons de bois lors de la réalisation de chaque dessin. Dans mon travail, je m’intéresse aux outils technologiques pour créer des œuvres à mi-chemin entre savoir-faire artisanal et reproductibilité mécanique.

© Ann Karine Bourdeau Leduc 2019