Démarche artistique

 

J’emprunte dans ma pratique sculpturale les codes architecturaux, en utilisant des matériaux manufacturés et des techniques issus des domaines de la construction. J’utilise principalement le bois et le gypse pour leur propriété esthétique, en me concentrant sur les compositions, les textures et les couleurs où les charpentes de murs et les objets architecturaux attribuent un caractère inachevé à l’ensemble de mon travail. Mon travail se manifeste sous forme de juxtaposition, de collage et de mélange de références architecturales anciennes et modernes au sein d’une même œuvre. Mes installations sculpturales évoquent des fragments architecturaux dont la fonction serait vouée à l’échec. Figées à un stade indéterminé entre construction et déconstruction, elles s’opposent aux idées de durabilité ou de pérennité habituellement associées aux constructions architecturales.

 

Bien que les charpentes que je bâtis possèdent une fonction formelle et structurelle, elles ont néanmoins pour rôle de permettre le déploiement d'images imprimées dans l'espace. Je travaille d'après des échantillons de textures, qui reproduisent diverses matières naturelles et artificielles (granit, terrazzo, marbre, tyvek…) que je traite et transpose par la suite en images. Ces textures imprimées reproduisent un échantillonnage de matières et de matériaux entrant déjà dans la construction de bâtiments et de maisons. Celles-ci sont alors imprimées dans le but de détourner les textures d’origine de leur matérialité et de leur fonction. Intégrées à mes charpentes, ces images portent en elles un commentaire ironique sur le caractère factice de certains matériaux de construction et de rénovation, en copiant ce qui tente d'imiter le vrai.
 

Ma pratique du dessin vectoriel s’ajoute à mon travail sculptural. Je réalise tout près entre le dessin de maquette et le plan d’architecture, des dessins isolés au centre où le blanc du papier prédomine. Malgré la justesse de mes compositions et des détails, la perspective est quant à elle quasi inexistante rendant la construction du dessin incohérente. Ces dessins délicats et colorés dont les motifs architecturaux sont parfois imaginés s’équilibrent entre présence et absence, entre plein et vide, et entre espaces représentés et espaces imaginaires.

© Ann Karine Bourdeau Leduc 2019